ATEMI Mont d'Or est affilié à la FFKADA

compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_countervisites aujourd'hui105
mod_vvisit_countervisites ce mois4078

Lettres du professeur



Proposition pour une attitude gagnante en cas d ’agression .


A la demande de plusieurs d'entre vous, j'ai cru bon  reformuler la présentation et les grandes lignes  de notre cours de self défense, en priorisant, plutôt que les techniques de défense,  le  climat psychologique périphérique à l’agression :

1-Constat.

L'insécurité grandit.

Les agressions  de tous types, dans votre entourage immédiat, se font plus nombreuses  plus fréquentes, parfois de plus en plus violentes.

Vous n'êtes pas rassurée.

Vous souhaitez acquérir des armes, des moyens,  tout du moins des recettes pour pouvoir, le cas échéant,  vous défendre, voire minimiser  une agression.

Vous ne vous sentez pas sure de vous.

Vous manquez de confiance en vous.

Votre condition féminine péjore cet état d'esprit.

Vous avez décidé qu’un homme était forcément plus …fort !!

2 -Objectifs

Vous avez admis et entériné le fait qu'il est probablement illusoire de lutter à poings nus, ou à bras le corps contre un homme, naturellement plus fort, en tout cas plus sur de lui  que vous ne l'êtes. C'est bien là le nœud gordien du problème.

IL convient donc d'orienter, dans un premier temps,  votre apprentissage vers l'acquisition de certitudes  mentales: en l'occurrence,  celles consistant à faire avancer en vous les quatre qualités majeures, et faire reculer les quatre défauts majeurs, attitude du sage, propre à celui ou à celle qui gagne, quelque que soit la nature, l'aspect, ou la circonstance du type de combat qu'il mène….ou ne mène pas.  Vous devez  ainsi apprendre à développer en vous, le calme, la réserve, la force, la vitesse, mais aussi, faire diminuer, surprise, doute , indécision, et peur avancées comportementales dans les deux cas,  propres à éradiquer, tout du moins  à diminuer votre stress en cas d'agression, stress synonyme de perte des moyens que vous jugez déjà par trop insuffisants pour faire face.

 

a- Les quatre qualités majeures

La force. (..Mentale, essentiellement)

Il ne s'agit pas de faire de la musculation ou du body building ; il s'agir de déployer votre force énergétique, en apprenant à la solliciter, par l'exécution si possible quotidienne de quelques  exercices ( décrit dans "la méthode ")  propres à sensibiliser, intégrer,  puis développer certaines parties mobiles (vitales ) de votre corps,  exercices qui vous feront petit à petit, jour après jour, prendre conscience d'un potentiel explosif insoupçonné , que nous portons tous en nous  ....les japonais appellent cela la force de la femme dans l'incendie; ils signifient par là que dans certaines circonstances extrêmes, une femme , réputée faible physiquement est tout à coup capable de soulever  des montagnes pour sauver ses enfants, ou ses biens… ou les deux ,

La vitesse. (L’anticipation)

Il n' s'agit pas non plus d'améliorer votre performance au sprint sur 100 mètres !!...encore que ...J'entends dans la notion de vitesse, votre capacité à réagir vite et juste, en adoptant , quoi que vous fassiez,  une attitude spontanée d’assurance indéfectible, une capacité de réaction immédiate, mais aussi la faculté de prévoir, d'anticiper ce qui peut vous arriver, que cela soit avant , pendant voire après une agression.

IL s'agit de la vitesse d'ajustement qui vous permettra de changer de trottoir en vous rendant compte à temps qu'il vaut mieux ne pas croiser telle ou telle personne, ou demeurer à tel ou tel endroit  empreint d'un adversité potentielle...Il s’agit de la vitesse de réaction à une tirée quand on vous pousse, de la vitesse de réaction à une poussée par une tirée , ce au lieu d’apposer une force contraire à celle qui vous agresse

La courtoisie …(.la réserve….la dignité !!  !!)

IL ne s'agit pas de faire des politesses à votre agresseur!!

Il ne s’agit surtout de ne pas répondre à ses insultes, de surenchérir en attentant verbalement  par exemple à sa virilité potentielle ou à une éventuelle activité périurbaine de sa mère,  de proférer des injures, ou d’émettre des crachats  lors de son agression physique, de crainte de jeter de l’huile sur le feu, péjorant ainsi une situation par définition loin d’être à votre avantage. Restez réservées, concentrées, dans l’expectative d’une erreur, d’une absence de sa part, dont il ne faudra pas laisser passer l’occasion. Attendez, si possible, votre moment  il viendra !!

Le calme

Il est  certes sans doute difficile de garder son calme alors qu’on est sur le point d’être violentée, violée, et détroussée.

Mais dites vous bien que le fait de crier, de trépigner, de jurer, de vous agiter en hurlant ne contribuera qu’à attiser la violence de votre agresseur, et surtout d’épuiser votre bonne énergie, celle qui devrai être employée  d’une manière brève et explosive au moment « x » Par ailleurs, un personne silencieuse, déterminée à ne pas céder à la panique,  regardant droit dans les yeux, impressionnera un tant soit peu par son calme, laissant transparaitre une force intérieure, pouvant laisser craindre à l’agresseur une  maitrise potentielle de  ce type de situations…or,   par définition, les agresseurs désirent perpétrer leur forfait le plus rapidement possible, de crainte d’être vus entendus, reconnus  pris ,  ou pire, repris…par la police ou à partie par des témoins ; une  personne calme et forte en apparence, peut éventuellement le faire réfléchir et lâcher , voire rompre brusquement, …alors qu’une proie agitée et hystérique signera  elle-même son arrêt de mort …ne vous laissez pas démonter, faites face en respirant profondément, comme certains exercices de la méthode vous enseigneront à le faire   …cela ne vous avancera à rien de vous débattre .


B- Les quatre défauts majeurs, à diminuer en soi à tout prix !!

1- La surprise.

Une agression peut être déclenchée d’une manière inattendue, brusque,  sans que l’on ne la voit venir, et sans que l’on ne puisse  rien y faire !! …obscurité, angle de mur, barre de fer, arme  blanche ou à feu,  attaque par derrière, voici autant de facteurs susceptibles d’augmenter les circonstances de » surprise » liées à une  agression… Ce cas peut s’apposer à n’importe quel champion de karaté ou de close combat, pourtant  en pleine possession de ses moyens. Toutefois, certaines agressions peuvent être évitées, si vous  demeurez en permanence attentive à votre itinéraire,  votre parcours dans la rue, dans un parking, un  bâtiment peu fréquenté, ou  en général, dans tout autre lieu susceptible de receler un traquenard, ou meme, et surtout tout ceux ne représentant « apparemment pas  un danger latent » …Ne vous relâchez jamais..Soyez toujours sur le qui vive !! Repérez les entrées et les sorties potentielles, les autres issues possibles, soyez toujours calculatrices, meme si cela n’est pas dans votre nature !! Vous vous devez donc d’être en permanence habitée par un constant état d’esprit d’éveil, comme si vous aviez d’autres paires d’yeux sur le coté et derrière la tète, sans pour autant laisser transparaitre quelques inquiétudes  ou quelque agitation ostentatoire que cela soit. Marchez ainsi au milieu d’une ruelle,  sombre ou pas, de façon à potentiellement éviter celui qui sera dissimulé dans une porte cochère, ou dans l’angle de l’impasse voisine…ne vous rendez pas seule, sauf contrainte absolue dans des quartiers ou des lieux réputés par leur caractère de dangerosité. Ne vous surprenez pas à répondre  à des insultes ou des menaces par d’autres insultes, ou d’autres menaces, en surenchérissant dans les termes et le ton…

Eloignez vous systématiquement de ceux , qui repéré de loin, ne vous inspirent pas confiance, à tort ou à raison. Peut être craignez vous alors de sombrer dans une paranoïa permanente ? Plausible, oui, mais qu’en sera-t-il lorsque vous aurez été agressée, et peut être  diminuée physiquement et surtout moralement ?  N’oubliez jamais qu’un manager, ou un sportif performant ne se laissent  jamais ou rarement  surprendre…car tous se préparent, physiquement, mentalement, techniquement et stratégiquement à une confrontation, programmée ou pas !

Ceux qui ne se préparent pas du tout ont incontestablement moins de chances de vaincre, tout du moins de ne pas perdre,  que ceux affutés et prudents, qui apprennent à mettre toutes les chances de leurs coté….Alors, ne vous laissez plus surprendre, et apprenez à vous préparer !!

 

2-L’indécision.

Dans le cadre d’une agression dont le déroulement vous laisserait quelque chance, c'est-à-dire  suffisamment de temps pour entrevoir, mais très rapidement, une voie de secours selon  une réplique possible, il convient de ne pas laisser cette chance passer par des atermoiements et des hésitations qui  vous seront fatales, car cette chance ne se représentera peut être pas…sans doute pas , meme !!

Il s’agit  donc de réagir au quart de tour, dans le temps, en apposant sur celle des répliques possibles, selon la circonstance, le plus d’énergie , de vitesse , de calme et de foi  possible en ce que vous faites, que vous faites pour le réussir et non pour le tenter, ou pour résister… pour la forme .

Décidez de ne pas avoir peur, meme si vous êtes terrorisée…le montrer ne pourra que décider votre agresseur à en finir plus vite avec vous, votre sac, ou votre honneur, si ca n’est pas  les trois….

Etre décisive ne consiste pas forcement de décider quelque chose à tout prix si les circonstances ne le réclament pas …dans cette circonstance, le calme, l’attentisme et la réserve, en attendant le déclenchement de l’agression, peuvent parfois la désamorcer.

Votre préparation doit vous éduquer à apprendre à prendre la bonne décision, sans hésitation !!

 

3-Le doute

Il faut entendre par doute le manque de foi que vous avez en vous, aussi en les moyens que vous avez accumulé et enregistré, en vue d’une agression … » vais-je être la hauteur ? Serai - je  assez forte pour tenir le choc ? Aurai-je les moyens de faire front et le cran d’étaler ma panoplie technique ?

Ne vais-je pas plutôt céder à la peur ? «  Un stress comportemental et cognitif risque alors de vous désorganiser, rendant caduque toutes les bonnes dispositions d’esprit apportées par votre préparation. Il s’agit là d’un défaut comportemental qui comblera d’aise votre agresseur

Celui-ci sentira très rapidement qu’il a à faire à un proie facile, une «  génisse sacrificielle « qu’il aura tout le temps d’immoler sur l’autel de sa cupidité, de sa lubricité et de sa probable violence.

Ne pensez vous pas que bon nombre de ses agresseurs doutent, eux aussi, non seulement du bien fondé de leur acte, mais aussi de sa  réussite, dans le peu de temps impartis pour le perpétrer ?

Ne pensez vous pas que l’issue possible d’une agression peut, en certaines circonstances reposer sur un lutte d’influence basée sur le poids des certitudes et des attitudes  respectives, alliées au temps, si celui-ci le permet ? Soyez donc empreintes de votre certitude à pouvoir réagir en lionne, capable de montrer ses griffes et ses crocs, mais à bon escient afin de ne pas « provoquer » si les circonstances ne s’y prêtent pas . Des exercices mentaux, liés à cette capacité auto suggestive, vous aideront considérablement à remporter contre vous même la lutte intestine qui opposera volonté de réagir et peur….

 

4-La peur

Voilà  bien le pire, mais le plus légitime des défauts susceptible de vous investir, en cas d’agression !!

Le pire, car ce défaut risque de vous paralyser, de  vous anesthésier, vous tétaniser, réduisant à néant tous ceux des  acquis techniques et comportementaux susceptibles de vous aider à faire face avec succès…Votre souffle va alors  se réduire , puis  se localiser dans votre gorge, votre poitrine sera oppressée,  votre pouls va s’accélérer, vous allez transpirer, trembler, dérailler si vous tentez de vous exprimer….bien d’autres formes de stress  physiologique peuvent selon les individus, transparaitre en cette circonstance,  soit  autant de signes extérieur d’affaiblissement qui donneront à votre agresseur encore plus d’information sur votre fragilité et vulnérabilité potentielle !! il s’en donnera alors à cœur joie pour achever sa  triste besogne  , et ce  plus rapidement qu’il ne l’espérait !! Mais ne pensez vous pas que lui aussi a peur ?... peur  de ce qu’il va faire, car il sait qu’il va  braver les interdits sociétaux et légaux… peur car il peu de temps, je le répète pour mener son entreprise à bien, peur  car il craint une réaction, une résistance, une réaction…. il a donc, d’une autre manière, aussi peur de vous,  si vous le lui montrez pas ostensiblement et complaisamment que vous avez peur de lui !!

Le souffle se travaille ; il permet de cultiver la sérénité, en toute circonstance ;  son positionnement au niveau du point vital bas (sur le pubis et les lombaires)  permet, en toute circonstance de garder son calme, sa force, de pouvoir se decider rapidement, sans douter. et sans se laisser surprendre !!


3-Méthode

La méthode que je vous propose ne relève en rien de la magie, ni ne débouche, en aucun cas, sur l’invincibilité,  puisque l’on trouve toujours un plus fort que soi, en toutes circonstances.

Je vous invite  plutôt à l’acquisition d’un ensemble de comportements et de certitudes,  basées sur les réflexions et propositions précédentes, générées par un certain nombre d’exercices de renforcement mentaux, posturaux, et techniques, inspirés des diverses écoles de Qi qong, de Tai chi chuan et de karaté, disciplines  que je pratique intensivement et enseigne  professionnellement depuis de nombreuses années. Je vous les recommande, selon un contrat de disponibilité avec vous-même, qui vous conduira à les pratiquer un petit peu tous les jours

Il n’est pas dans votre intention de suivre des cours de ces displines, soit !

Le suivi de notre atelier mensuel, et l’exécution quotidienne d’un certain nombre d’exercices  inspirés de ces disciplines doit vous aider à vous rendre en tout points plus fortes, mais  aussi… moins faibles… !

 

Un pratique quotidienne de ces quelques exercices vous aidera à  acquérir, avec le temps, un niveau constant, ou s’allieront bien être, et plus grande efficacité dans tous les domaines de votre vie .

 

Fait à ST Germain au Mont d’or,

Le lundi 15 février 2010

Jean- Claude Guillot .

 

Cinq grands principes liés à l’auto défense.

Source presque intégrale  « Protégor », éditions Amphora

Il  s’agit de cinq grands principes de réduction des risques qui précédent, puis  complètent toute panoplie technique  d’auto défense. Il apparait essentiel de les intégrer dans son arsenal de schémas comportementaux personnels, ce qui peut contribuer à  minimiser, voire éradiquer une agression.

1 Fuir, fuir, fuir !!!

Personne n’a intérêt à se battre : La meilleure solution demeure toujours la fuite, si celle-ci s’avère possible. « Il vaut mieux s’en aller la tête basse que les pieds devant « (Michel Audiard)

2- Si vis pacem, para bellum.

En latin, « si tu veux la paix , prépares la guerre « .Il s’agit là du principe de l’arme atomique dissuasive, que l’on acquiert, et entretient , en espérant ne jamais être agressé et devoir alors s’en servir .Soyez toujours prêts à voir survenir un danger, une menace, cela vous aidera à prendre un temps d’avance pour opter pour la bonne décision, la fuite ou le type d ’affrontement.

3 Connais-toi-toi même.

Les grands principes de la philosophie antique s’appliquent parfaitement  à la sécurité  et l’auto défense. Il s’agit là d’apprendre à se connaitre, aimer se tester, afin de savoir mesurer ses réactions dans tous les moments de la vie, afin de savoir quelle personne nous allons être en face d’un danger, létal (mortel) ou pas. Pour cela, il convient de faire l’éloge de nos échecs successifs, lesquels  doivent servir non plus à nous fustiger, mais bien  au contraire à savoir nous en servir comme d ‘un tremplin, afin de mieux rebondir vers davantage d’efficience. Les réactions et actions avec autrui constituent donc autant d’axes potentiels d’optimisation de votre comportement, ce qui vous permettra de progresser dans votre sécurité personnelle. Apprenez à appréhender vos limites physiques et émotionnelles, au plus juste, cela vous aidera dans le bon choix comportemental, la fuite, ou le type d’affrontement à assumer.  Les clubs d’arts martiaux offrent  une bonne échelle de progression  .

4 – Faire attention à tous les détails

Tout comme dans le milieu professionnel ou affectif, c’est la dose d’attention portée aux détails qui permettra de déceler le grain de sable conduisant  à un problème . Etre en permanence attentif à l’ensemble de son environnement ambiant, aux personnes autour de soi, au ton, aux regards, aux gestes, aux attitudes, aux silences, constitue la meilleure prévention.

* Faites l’exercice, consistant, lorsque vous entrez dans une rame de métro, ou de bus, à déceler, qui, quand, comment et pourquoi,  lequel  parmi les autres voyageurs vous semble pouvoir devenir un agresseur potentiel.

* -Lorsque vous entrez dans une soirée, une  réunion sachez déterminer qui est le fauteur de troubles potentiels, et à quel niveau.

* Lorsque vous marchez dans une ruelle, de jour ou de nuit, faites en sorte de ne pas raser les murs : marchez plutôt, si cela est possible,  au milieu de la rue.

* Sachez-vous munir, ou repérer là ou vous vous trouvez, ceux des objets qui vous semblent pouvoir devenir une arme inopinée de défense : journal roulé, parapluie, trousseau de clefs, bouteille, vase, etc.

*Sachez repérer, dans n’importe quel endroit, les issues de sortie, de secours de fuite, d e retraite.

*Aussitôt installée dans votre voiture, actionnez en les fermetures automatiques .

5 -Ne pas mettre ses œufs dans le même panier.

Ce banal adage constitue pourtant un des piliers de la sécurité et de la protection des biens, mais aussi de soi. Ainsi, ne mettez jamais toute vios économies sur le même compte en banque, ne mettez jamais chéquiers,  espèces et carte de crédit dans le même sac, ou la même poche, ne vous promenez qu’avec un minimum  d’espèces sur vous, sachez répartir  tous vos accessoires potentiels d’auto défense dans vos  poches, sacs, tiroirs,  pièce, s’ils sont rangés chez vous .

IL ne s’agit de tomber dans une paranoïa permanente, mais de se conduire le plus prudemment possible, et ce en toutes circonstances. Les agressions  surgiront là ou vous les attendez le moins !!  Si vous vous intéressez à l’auto défense, c’est bien que vous avez d’ors et déjà pris conscience de ce besoin de sécurité : n’oubliez jamais qu’il vaut mieux  cette attitude méfiante que de s’offrir en génisse sacrificielle confiante et naïve.  « Ce n’est pas que j’ai peur de la mort, mais c’est juste que je ne  veux pas être là quand cela arrivera «  (Woody Allen) .

 

Les différents types d’agresseurs

  1. Le prédateur.

Il s’agit d’un individu organisé, qui a préparé son agression. Il a planifié son méfait, qu’il n’exécute que lorsqu’il estime que cela vaut le coup, que cela ne comporte que peu de risques Il est mu par le désir d’assouvir ses pulsions violentes :   sexe, viol. Il est relativement rationnel, mais peut toutefois abandonner très rapidement s’il se rend compte que sa proie est plus coriace qu’il ne l’estimait.

  1. L’imprévisible-

Il s’agit d’un individu instable qui va déclencher son attaque, sans préméditation ni préparation. Il peut s’agir d’un simple agresseur impulsif, d’un voleur acculé qui devient violent, d’un ado en crise, d’une personne sous l’emprise de drogues, d’alcool, ou souffrant d’une pathologie. Ses motivations d’attaque peuvent être les mêmes que celles du prédateur, mais il ne dispose pas des facultés de préparation ni de réaction  que le prédateur. Il sera, à priori, plus difficile à faire lâcher, parfois par orgueil, surtout s’il y a des témoins, par exemple, dans une soirée.

  1. Le gang organisé.

Il s’agit d’un groupe organisé, dont les membres (…de prédateurs) ont ensemble planifié une attaque. Il s’agit, bien entendu, de l’ennemi le plus à craindre, car il dispose d’une supériorité numérique : Il s’avère donc diffile, voire impossible de faire basculer la situation en sa faveur, et mieux vaut capituler s’il s’agit d’un vol. S’agissant  d’une agression, par exemple par un groupe d’extrémiste ou idéologique décidé à aller jusqu’au bout, la fuite, si elle est possible, sera la seule issue. Il est important de ne pas en avoir honte :  Faire face à ce type de défi relève d’une bravoure aussi inutile que risquée relevant d’un autre  temps .

  1. L’effet de groupe.

Il s’agit d’une meute d’individus inorganisés, qui, pour une raison imprévue et souvent anodine (regard soutenu ou de travers, ton qui monte, insulte, refus de donner une cigarette) va inopinément décider de passer à l’action, souvent gratuitement. Ces groupes sont rarement soudés, mais sont dangereux dans la mesure ou ils sont susceptibles de développer un instinct grégaire : chaque membre va ,  par forfanterie, vouloir  faire mieux ou plus que celui qui a initié l’agression, par le premier juron, la premier crachat, le premier  coup.Il peut être parfois possible de s’en sortir en résistant physiquement, malgré l’infériorité numérique, à celui ou celle qu vous avez décelé comme étant le chef de bande.

 

Réflexions et propositions  pour l’organisation  d’un cours de qiqong pour enfants.

 

A- Principe et objectifs d’un cours de qiqong pour enfants.

L’enfant, quelque soit son âge, a comme principale préoccupation, le JEU*, celle avec laquelle il se socialise et se construit, (*objectif de repli court terme).

L’enfant, au travers du jeu, bâtit des images de lui-même évoluant dans un monde qu’il a de toute pièce érigé, C’est par ce principe d’imagerie mentale qu’il se structure, les affirmant ultérieurement en tant que comportement adolescent, puis, adulte.

Un enseignant chargé de cours de  qiqong devra donc s’efforcer d’utiliser ce circuit neuronal en imaginant un cours bâti sur cette liaison de relation corps esprit afin que les qualités comportementales potentielles contenues dans les jeux proposés s’installent petit à a petit, sans aucunement contraindre l’enfant, puis  s’affichent chez lui et se confortent en tant qu’images. L’acquisition de calme, de réserve, de vitesse et de force,  qualités toutes propres à faire reculer en eux doute, indécision, surprise et peur constitue la principale composante de cette pédagogie.

Une alternance d’exercices corporels dynamiques  avec les plages courtes de  méditation respiratoire, couchés, assis, à genoux et debout, devraient  pouvoir à la  fois les amuser, puis, les canaliser. (objectif secondaire moyen terme)

Il s’agit là de les amener à prendre pleinement conscience de ce qu’ils font, de ce qu’ils sont, de ce qu’ils peuvent devenir grâce à la découverte de l’imprégnation en eux du bien être et de la pleine conscience de leurs actes, sensés découler de cette pratique. Celle ci doit donc  les amener, dans la joie du jeu au sein d’un groupe, vers une efficience comportementale et sociale  supérieure, et ce dans toutes les circonstances futures de ce que seront leurs vies. (objectif principal long terme)

 

B-Organisation des cours

1- Durée : Que cela soit pour les 6-8, 8-10, 10-12, la durée des cours ne doit à mon sens pas excéder 45 minutes.

2- Fréquence, UN cours hebdomadaire me semble suffisant

c- Intensité : Elle doit être aménagée en fonction de l’âge des groupes d’apprenants, avec une montée en puissance, pour les plus grands, sans pour autant que le cours ne se transforme en recherche de performance,  sous tendue par quelque esprit de  compétition que cela soit

 

C-Contenu des cours

Il ne s’agit pas de vouloir transformer des enfants en moines bouddhistes ou en derviches tourneurs.

La capacité d’attention de ces tranches d’âges excédant rarement  quinze à vingt minutes, la variété et la nature des exercices proposés doit leur permettre de demeurer dans le plaisir de la découverte.

Un excellent moyen de les intéresser et de les amener insidieusement, mais surement  vers ces objectifs, consiste, selon la grande majorité des chercheurs et des enseignants en ce domaine, à leur proposer de s’identifier à des animaux, en revêtant leurs attitudes respectives, leur moyen de locomotion, leur expression faciale ou corporelle, attitude de repos, d’activité, comportement, qualité, force,  etc…Voici une liste de références livresques, et quelques vidéos qui corroborent  cette tendance sur laquelle une session de cours peut aisément s’ériger.


- ABC du qi gong pour les enfants de L. Cortadella
​-Le qi gong des 5 animaux de Y. Réquéna.

-Le qi qong des cinq aniamux du DR Yayama
--Méditation pour les enfants avec Yupsi le dragon de Marie Christine Champeaux-Cunin
-Philosopher et méditer avec les enfants  de Frédéric Lenoir.

https://www.amazon.fr/Qi-gong-pour-enfants-Dominique-Ferraro/dp/2702904076

https://www.amazon.fr/Qi-gong-pour-enfants-Dominique-Ferraro/dp/2702904076

https://www.amazon.fr/ABC-du-qi-gong-enfants/dp/2733910167

https://www.youtube.com/watch?v=gLdQCuksMz0

https://www.youtube.com/watch?v=14BjRxE7f1o.

Le contenu des exercices de méditation pouvant alterner avec une de ces pratique des animaux, quelle qu’elle soit,  devra absolument être transmise par  un enseignant qualifié, formé par des guides compétents et reconnus, et en terme de technicité, de connaissance anatomique, physiologique et biomécanique, et en terme d’approche pédagogique et psychologique de l’enfant.

Ces exercices de méditation respiratoire, également, ne devront pas durer trop longtemps, même si la capacité de concentration des enfants semble plus grande que celle des adultes, de  par leur esprit dénué de tous ceux des soucis propres à l’adulte. Il convient donc d’exploiter et d’augmenter cette qualité sans attenter à l’esprit ludique propre à l’enfant

L’enfant se familiarisera aussi,  insidieusement, de par les directives données par l’enseignant, avec des notions anatomiques, incompréhensiblement absente des programme éducatifs, pour acquérir une meilleure connaissance de son corps et de son fonctionnement.


Ces pratiques, devraient, comme c’est déjà le cas dans certains pays, être insérées dans nos programmes de l’éducation nationale

.

Jean -Claude GUILLOT

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

04.78.91.45.50

06.04.01.28.61

www.atemimontdor.com

 

La lettre N° 16

Voici quelques indications inhérentes à l’ordonnancement des divers et principaux exercices auxquels nous nous livrons à ATEMI , selon nos   cinq  différentes disciplines .

1-Nei gong.

A-Postures

5 Postures des organes

8  postures des 8 méridiens curieux

12 postures des méridiens réguliers.

Ces trois enchainements peuvent se travailler de diverses manières :

1- Sur place, bras fixes, temps de posture plus ou moins prolongés

2- Sur place, bras expansifs coordonnées

3- Sur place, bras expansifs, décalés

4- En déplacement attentifs, bras fixes

5- En déplacement attentifs, bras mobiles coordonnées

6- En déplacements attentifs, bras mobiles décalés

B-Sollicitations vertébrales avec variantes

Selon le Dr Yayama (Ecole Tokitsu ryu, exercices revus et enrichis par Paolo MAGAGNATO))

Grue, hé

Aigle, Ying

Tortue, gui

Dragon, long

Ours, xiong

Ces cinq techniques doivent se décliner, selon moult  variantes,  sur les trois plans et les six directions de l’espace.

 

2-Zen Zhong tai chi chuan

A- 8 dan lian , techniques de base utilisées pour la préparation

A droite et à gauche, selon 3 modes de déplacements, sur place, demi pas, pas complet.

  1. Suai So : frapper en main supination (paume dirigée vers le haut.

  2. Tan : bras montant recourbé avec frappe semi circulaire vers le haut

  3. Pi : dégagement de saisie sur la hanche,  puis frappe en retour avec la paume.

  4. Cai, puis mains serrées, presser –frapper vers l’avant

  5. Tou, pique ou paume vers le bas de la main opposée à la jambe avancée

  6. Shuang an, tirer la que de l’oiseau, phase quatre et cinq

  7. Lu Ji, idem,  phases - trois –quatre

  8. Suan tan, double dégagement de saisie à la gorge en frappant les genoux, à but thérapeutique.

B- Enchainement, (tao)

Taichi chuan des synthèses authentiques (synthétique car incluant nei gong, yang sheng, qi qong, xing yi chuan, Bagua chuan, sans oublier quelques séquences issues du style Yang,  et du style Chen. .

Un succédané, en somme, des arts martiaux chinois internes.

99 pas, 3 parties, six sections.

Le travail de toute une vie.

C- Les tui shou, ou la poussée des mains

7 poussées à une main (dan tui shou)

3 Poussées avec le coude (zhou tui shou)

3 poussées avec les deux mains (shuang tui shou)

1 poussée avec quatre mains ( si shou tui shou)

Tui shou libre, sur place

Tuis hou libre en pas cadencés linéaire, (glissés, marchés ou chassés)

Tui shou en pas circulaires

Tui shou en déplacements libres multidirectionnels

D-Les treize portes du tai chi chuan

Peng , soulever

Lu , tirer latéralement sur l’arrière

Ji, presser vers l’avant

An, pousser en soulevant

Cai, tirer vers le bas

Lié, séparer la force

Zhou, coude(zhou di kan shui, 3e section)

Cao, épaule

Zhong, le centre (zhong guo, la Chine, l’empire du milieu)

Qian, devant

Hou, derrière

You, droite

Zou, gauche

*Shuang an, et shuang lu ne sont pas considérées comme des portes essentielles, mais ont incluses dans la série « you lan ke wei, tirer la queue de  l’oiseau » .( shuang, double, exemple, shuang tui shou, ou pousse mains à deux mains, dan, simple, ex dan tui shou, ou dan lian)

Lire la suite...
 

MÉDITER, OU ENTRAÎNER SON ESPRIT


Xian xi 修心


Pour beaucoup d’entre nous, le terme méditation revêt une connotation exotique assez systématiquement associée avec l’extrême orient, une transcendalité rattachée à une improbable assimilation de difficultueuses valeurs hors culture occidentale car marquées au coin du bouddhisme zen, du taôisme et du confucianisme.

De récentes retraites effectuées dans le silence de l’Auvergne reculée , terre de France, au Centre artistique littéraire des arts martiaux (Calam), m’a permis grâce à l’enseignement que j’y ai reçu, d’adopter un manière plus abordable, plus généraliste, mais aussi plus factuelle d‘aborder cette pratique, que cela soit selon objectif spirituel, ou celui, martial . Les indications simples et pratiques qui m’y furent communiquées permettent de ne pas se fourvoyer dans ces méandres confessionnels et philosophiques venus d’ailleurs, mais justement d’adapter cette pratique à la conscience de notre temps, à notre vingt et unième siècle occidental. Certes, les directives transmises ne constituent qu’une première strate de travail, étape pour aborder cette pratique, d’autres, de davantage d’élévation d’esprit, suivront

Pourquoi méditer ?

C’est là une manière de nous démarquer de nos chimères, de nous éloigner de nos poncifs, de fondre nos préjugés, de nous dépouiller de toutes nos illusions, de mettre à jour les potentielles subtilités de notre intelligence. Méditer, c’est apprendre à développer notre capacité de pacification intérieure, en entraînant notre esprit à voir les choses telles qu’elles sont, à nous voir en nous même tels que nous sommes, en quelque sorte, à nous rencontrer.

Comment méditer ?

Concentration et vigilance.

Pour obtenir et maintenir un mental méditatif lors du travail solitaire de la posture, en position assise (za zen en japonais) ou debout( ritzu zen), que cela soit sur un ou deux appuis et quelle que soit   la position ou la hauteur des bras, il convient de créer, grâce à l’esprit (shen) la sensation concrète de  la ligne de centre, selon le parcours de ren mai et de du mai , les méridiens porteurs des points mobiles,(vitaux)  respectivement situés devant et derrière le  buste. Ces lignes de centre, centrales ou médianes, constituent le repère, l’élément référentiel, l’outil tangible qui va nous permettre de méditer debout (Zhang chuan  en chinois).

Il convient de faire en sorte de dégager, chaque jour, un contrat de disponibilité avec soi même, afin de se réserver une plage quotidienne de posture, dont la longueur dépend de notre envie, mais surtout de notre évolution dans la pratique. Il est préférable de n’assurer que cinq minutes

qualitatives en concentration, qu’une heure en vagabondages et divagations mentales. Il est préférable de pratiquer le matin, dehors, avant de manger, et de se vêtir après la séance.

Il convient d’aborder ce travail sur soi selon une démarche attentive, globalisant corps et esprit, soit  conforter cette sensation de centre, de milieu, de ligne médiane, de méditation. Pour cela, un net ressenti confinant le kinesthésique doit s’installer entre la porte du ciel, au sommet du crâne, (bai hui), et le périnée (hui yin). Nos respirations profondes voyageant (du bas  le haut puis, du haut vers le bas, avec ou sans rétentions) à l’intérieur cette ligne de méditation constituent une aide non négligeable pour demeurer attentif et vigilant. L’attention empêche l’esprit de s’écarter de son objet, celui que l’on fixe dans un proche lointain, ou un lointain proche, alors que la vigilance, comme une prégnante sentinelle, observe s’il en dévie. Il est alors possible de distinguer neuf étapes de travail combinant attention et vigilance :

a- Voici les trois premières :

1- Placement initial de  l’esprit : Choisir un objet de concentration et demeurer, en le fixant, dans une continuelle non distraction, en évitant que l’esprit ne soit soumis  aux phénomènes extérieurs liés aux personnes, aux objets, aux bruits, mêmes lointains, aux odeurs du lieu où l’on se trouve.

2- Le placement continu : Il convient de maintenir continuellement l’esprit sans céder à la distraction  Le mental doit être contenu dans le présent, ici et maintenant, de manière à pleinement vivre l’instant présent, et surtout éviter de laisser fuiter la sensation médiane dans un passé révolu ou un hypothétique futur.

3-Le replacement : Aussitôt que vous vous surprenez à dévier de l’objet de votre attention ; replacez votre esprit, inlassablement. Ainsi, en  détectant toute forme de distraction et de déviance de la méditation, il va s’avérer possible de raviver notre attention, puis de rediriger l’esprit vers l’objet.

b- Une autre aide technique consiste à entrainer notre esprit à répartir ses capacités. Pour contrôler son esprit, il nous faut le maintenir ni trop tendu, ni trop relâché, comme les cordes d’un instrument de musique, faute de quoi aucun son n’en sortira. Pour cela, il nous faut maintenir notre esprit à un niveau adéquat d’attention. Une concentration trop lourde sur la technique amène des frustrations et toutes sortes d’activité mentales qui agitent l’esprit. La technique de base consiste à s’identifier à la respiration Il nous faut donc nous tenir au bord de cette technique avec 25% de notre attention, , un autre 25% se détendant, un autre 25% s’efforce d’entrer et de rester en estime avec soi même , le dernier 25 % devant se connecter à l’attente, à l’ouvert, de manière à ce que nous demeurions disponible à la possibilité que quelque chose puisse s’élever durant nos sessions de pratique.

c . Technique « hydrographique «  pour la progression du calme intérieur.

Source d’inspiration :

Au début, rien ne vient
Au milieu, rien ne reste,
A la fin, rien ne part.

Milarepa.

Lors de nos tentatives de méditation posturales, chacun d’entre nous doit faire face à d’incommensurables difficultés liées aux douleurs générées par la tenue des bras, mais aussi à l’agitation chronique de notre esprit Cette agitation, ce brassage incessant de pensées parasites et dû à notre mode de vie, que nous avons insidieusement adopté, que souvent nous subissons davantage que nous ne l’avons choisi.. Lorsque nous démarrons l’exercice, un flot incessant de pensées autant dérisoires que désordonnées et fugaces investit notre espace intellectuel, occultant l’érection de toute pensée construite durable. Il convient de s’efforcer de maitriser le processus de ces pensées si l’on veut apprendre à se diriger vers la sérénité. Il est essentiel de vouloir se déconnecter des passés passés entreposés dans un passé dépassé, mais aussi éviter soigneusement de laisser spéculer l’esprit vers les incertitudes que nos voulons rassurante d’un futur non encore présent, se substituant alors justement à l’instant présent que nous ne savons pas vivre dans son entièreté, dans sa plénitude, comme nous l’enseignaient nos anciens ! « Carpe diem » , ou le « ici et maintenant «  des orientaux..De nombreux textes bouddhistes illustrent la pacification du tourbillon de nos pensées par la métaphore de la transformation du courant de la pensée à celle de l’eau, depuis l’origine de ses sources montagnardes, selon le principe naturel progressif de la cascade, du torrent, du fleuve tranquille, du lac serein, puis de l’océan.

«  Sans la quiétude, l’esprit, tel un cours d’eau, est toujours agité. Incapable de se poser defaçon égale et stable, il ne peut vraiment pas comprendre ce qu’il est «

Au début, mon esprit, flot de mes pensées, est cascade, violente, déferlante, fracassant ses eaux sur les rochers ,rebondissant anarchiquement sur les parois du canyon, comme mes trop nombreuses pensées vagabondes se heurtent aux contreforts de mon cerveau, dans un tourbillon incontrôlé ou elles s’entremêlent dans les remous de mes angoisses, où passé , futur, et présent , joies et peines, peur et réactivité, doute et assurance, indécision et intention, surprise et certitude, se chevauchent impétueusement . Mais je veille, en fournissant un effort pour ramener mon attention sur l’objet de ma méditation,

Puis, mon esprit devient torrent, encore impétueux, mais maintenant confiné par des rives, contenu par les frontières de ma volonté à maintenir mon regard périphérique. Mes pensées, encore charriées par un fort courant intempestif, naviguent encore d’un bord à l’autre, tournoyant dans les remous écumants Mais des plages de gravier permettent parfois une alternance de repos et d’activité, permettant à mon esprit de peu à peu commencer à s’apaiser malgré quelqques remous impétueux survenant çà et là.

Puis mon esprit, s’élargit, devenant vaste fleuve tranquille qui s’écoule sans encombre, est maintenant trop puissant pour être accaparé par des pensées désordonnées, dérisoires troncs d’arbre ou déchets végétaux entraînés dans la régularité du courant de ma respiration ,consciente et profonde

Puis, mon esprit se transforme en un immense lac paisible, seulement ridé par quelques négligeables vagues, acquérant son calme maintenu dans sa profondeur.

Enfin, mon esprit , extensible au-delà de mon champ immédiat de concentration et de vigilance, est infinie comme l’horizon de l’océan, mon ici et maintenait devenu inébranlable n’a plus besoin de recourir aux précédents antidotes visant à éradiquer nos pensées vagabondes. Les quelques rares déchets mentaux subsistant viennent doucement s’échouer sur la grève de notre paix intérieure,

immédiatement occultés par l’immensité des lieux. Le corps détendu, l’esprit repose son étt naturel, simple et serein, maintenant capable de cultiver une stabilité méditative.

Nous concevons que la pratique d’une langue, l’apprentissage d‘un instrument de musique ou d’une chorégraphie, la rédaction d’un texte, la tessiture d’une voix, ou la qualité d’attaque de la pierre par un burin ne s’acquièrent pas en quelques séances, ou même en quelques années. Il s’agit de l’investissement d’une vie, d’un lent cheminement qui doit se bonifier grâce aux acquis patiemment accumulés. Pourquoi n’en serait pas de même pour l’éducation de notre esprit ? Le résultat, même à long terme, constitue un noble objectif, dont l’aboutissement peut être si grandiose qu’il peut illuminer le temps qui nous reste, quel que soit sa durée Il nous permet de mieux vivre à côté des autres., en relativisant les écueils que ne manque pas de nous adresser la vie au travers de ses nombreuses situations conflictuelles.

Naissance et mort, Profit et pertes

Succès et échec, santé et maladie

Ces qualités sont de ce monde

Dans ses transformations constantes

Continuellement devant nos yeux

Elles s’évanouissent l’une dans l’autre

Sans que nous sachions d’où elles viennent


Le maitre maintient son équilibre

Quel que soir l’opposé dans lequel il se trouve

Il laisse les choses poursuivre leur rotation

Et demeure concentré sr ce qui est réel

Il est comme l’océan

Bien qu’il y ait des vagues en surface

Dans ses profondeurs, le calme est parfait

Tchuang tseu, 5.

 

Jean-Claude Guillot

2 mai 2016, St Germain u Mont d’or,

Inspiré des écrits, lectures, et enseignements de Michèle et Christian Ribert

 

MISE AU POINT SUR LES MERIDIENS

Les méridiens et leurs ramifications sont spécifiques à la Médecine Traditionnelle Chinoise. Cette théorie est liée à celle des organes et des entrailles.
C'est en acupuncture, en massage et en Qi gong, qu'elle s'est le plus développée.
De multiples études, aussi bien en Chine qu'en Occident, ont été mené pour démontrer l'existence des méridiens. Ce n'est que tout récemment, en Chine, qu'une cartographie des méridiens à pu être mise en évidence grâce à des marqueurs nucléaires. Cette cartographie confirme celle qu'avaient établie les médecins de la Chine ancienne de façon intuitive et à force d'observations.

La médecine chinoise part donc du principe que le corps est parcouru par un système de méridiens et de leurs ramifications ( jingluo) dans lesquels circule le Qi. Ce système se divise en plusieurs parties:

- Les 12 méridiens principaux :
ils sont reliés aux organes et aux entrailles. On parle  du méridien :
-du poumon, du gros intestin, de l'estomac, de la rate, du cœur,de l'intestin grêle, de la vessie, des reins, du maître cœur, du triple réchauffeur, de la vésicule biliaire et du foie.

On utilise l'acupuncture et la moxibustion pour agir dessus, en piquant les points situés sur leur trajet.
Les 12 méridiens vont par paire et sont symétriques par rapport à l'axe central du corps.
Ils sont en profondeur dans le corps.

Lire la suite...
 

ENFIN L’ÉTÉ?...UNE SAISON QUI NOUS TIENT A CŒUR.

Même si le soleil n'est pas encore au rendez-vous, l'été pointe le bout de son nez, et l'on sent déjà, du moins l'imagine-t-on, la chaleur de ses rayons sur notre peau.
En cette période de l'année, notre moral a un regain d'énergie, dû notamment à une meilleure synthèse de vitamine D. On se sent alors un peu moins stressé, plus détendu et l'approche des vacances augmente encore cette sensation.

L'été est la saison associée à l'organe Cœur et à l'intestin grêle. On comprendra donc facilement que l'élément du Cœur soit le feu. Il est le maître  des vaisseaux sanguins et gouverne le sang.La langue est l'organe des sens qui lui est rattaché. Il en contrôle la forme et l'aspect.

L'été est une période de développement, d'expansion, caractérisée par un point culminant de l'énergie Yang, qui nous incite alors à nous mettre en mouvement, à nous ouvrir aux autres, et aussi à rire, l'émotion du Cœur étant la Joie.

Le Cœur est l'Empereur des organes, et il abrite l'Esprit (Shen). La qualité et la tranquillité de ce dernier va donc dépendre, en partie, d'un bon fonctionnement de l'Empereur, et de sa qualité.
Nous allons donc voir ce qui va favoriser la bonne marche de cet organe qui prime dans le bon état général du corps.

Au niveau alimentaire, la saveur qui lui est associé et qui va le stimuler est l'Amer.
Les aliments qui vont le nourrir sont: blé, haricots rouges, porc , œufs, champignons noirs, ciboulette, pastèque, poire,melon....(liste non exhaustive).
D'une manière générale, les aliments amers , rouges, et de nature froide.
Il faudra éviter les aliments gras et forts (piments) pour éviter de faire encore monter l'énergie Yang.

Il faudra aussi prendre soin de ses reins qui ont un contrôle mutuel sur le cœur, l'empêchent de trop monter dans le Yang. C'est là qu'interviennent les fruits et légumes riches en eau. ( L'eau et le feu se contre-balancent d'après le cycle d'engendrement et de contrôle).



TISANE TONIFIANTE ET ÉQUILIBRANTE POUR LE CŒUR (préparation de M. Michel Pierre)

- 60g de feuilles et fleurs d'aubépine.
-60g d'agripaume.
-40g de racine d'angélique.
- 20g de feuilles d'olivier.
-20g de feuilles de ginkgo biloba.

Mettre 2 cuillères à soupe de la préparation par tasse.
Faire bouillir 3 minutes, laisser infuser 10 minutes.
Prendre 3 tasses par jour.

AU NIVEAU DU QI GONG:

-Posture du cœur de l’enchaînement des 5 organes (Ecole Cheng Ming). A pratiquer dans l'enchaînement complet ou bien seule à la manière de la posture de l'arbre:

Pieds parallèle écartés de la largeur des épaules, genoux légèrement fléchis, bassin détendu, épaules relâchées.
Après s'être installé dans sa verticalité, et avoir posé sa respiration au niveau abdominal, amener les bras en arc de cercle, paumes des mains face au sol, doigts légèrement inclinés vers le bas, au niveau du pubis.le haut de la tête pousse vers le haut et le coccyx vers le bas.Langue derrière les incisives.
Concentrez vous sur votre respiration , puis visualisez votre organe Cœur, d'un rouge vif et soutenu.Imaginez le fonctionnent sans entrave, avec des battements réguliers. Sentez- le plein de vie et d'énergie.
Puis,après une dizaine de minutes, relâchez progressivement la posture pour revenir à une respiration normale.
Finissez par quelques auto-massages.

-Exercice du cœur de l’enchaînement d'ouverture des 12 méridiens .
Qi Gong pour le Cœur. (Cliquer pour suivre le lien)  Avec Thierry Alibert.
-Qi Gong pour l'été.( Cliquer pour suivre le lien) Avec Ke Wen.

MÉRIDIEN DU CŒUR:






Bel été à toutes et à tous et à la rentrée pour de nouveaux stages Qi Gong et Taichi Chuan avec
Arts et Energie Boxes Chinoises.

vous avez des questions sur la pratique, n'hésitez pas à me  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. :
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 

Le printemps arrive; soignons notre foie

Le printemps va bientôt prendre place sur nos calendriers occidentaux.
Cependant, pour la Médecine Traditionnelle Chinoise, c'est déjà le cas depuis le début Février (juste après le solstice d'hiver).
Le Foie, associé à la vésicule biliaire, a pour élément le Bois. Il gère les muscles et les tendons. L'organe des sens qui lui est attaché est l’œil.
Durant tout l'hiver, l'énergie est entrée profondément dans l'organisme pour protéger les viscères.
Au Printemps, aidée par le foie, cette énergie remonte en surface pour nourrir les muscles et les tendons.
Le Printemps est la saison du re-nouveau, du réveil de l'organisme. Alors que faire pour sortir de l'hiver et attaquer au mieux la nouvelle saison ?
C'est ce que nous allons voir ensemble.
Tout d'abord, le Foie étant l'organe qui purifie le sang, nous pouvons mettre en place une détoxification de celui-ci par une cure de Radis Noir et Artichaut par exemple.
Ceci va nous aider à nous débarrasser des toxines accumulées durant l'hiver. Passer outre cette recommandation peut entraîner plusieurs désagréments et déséquilibres du Foie :
- Soit le foie est en vide d'énergie et les symptômes peuvent alors être un état dépressif, manque de tonus psychique et physique, ou bien des migraines par exemple.
- Soit, au contraire, le foie est en sur-activité, et, on a alors des symptômes du genre conjonctivites, insomnies, ou encore irritabilité, énervement, le foie étant lié à l'émotion de la colère.
Pour continuer sur l'alimentation, le Foie est lié à la saveur acide.
On limitera donc au maximum tout ce qui est sucre, graisse, alcool et excitant (caféine notamment), afin d'éviter une sur-activité du foie et une trop forte augmentation de son énergie Yang.
Un jus de citron dans un verre d'eau est un bon moyen de démarrer sa journée et d'aider sa vésicule biliaire.
N'oublions pas que la Rate va jouer son rôle de relais les 18 premiers jours, donc une alimentation à base de saveur douce (riz, poulet, lait de chèvre ou brebis....) va nous aider à faire la transition Hiver/ Printemps.
Une augmentation de vitamine A (persil, mâche, foie de morue...) stimulera la vision (rappelez vous, l’œil est l'organe des sens lié au Foie).
Lorsque les déséquilibres sont installés, l'acupuncture peut nous aider à rétablir ces désordres.
Mais on peut aussi s'aider du Qi Gong, du Taichi et de la méditation.
En effet, l'exercice physique doux, tel le Qi Gong et le Taichi, va nous aider à mobiliser muscles et tendons, afin de les "réveiller" sans traumatisme.
Pour le Qi Gong, on peut se servir de l'exercice du Foie pioché dans le Qi Gong d'ouverture des 12 méridiens *, ou bien celui des 5 organes.
Ces différents exercices ont pour but d'étirer le méridien du foie mais aussi de faire un massage interne de l'organe lui-même.


Pour la méditation, nous pouvons poser notre conscience sur notre respiration afin d'observer nos différentes phases d'inspiration et d'expiration, puis de moduler leur durée. Comment la respiration peut-elle influer sur notre foie me direz vous ?
Et bien, si l'on regarde le cycle d'engendrement et de contrôle, Le métal (Poumon) contrôle le Bois (Foie). On agit donc sur la Grand-Mère pour avoir un effet sur le Petit-Fils.



CYCLE D'ENGENDREMENT ET DE CONTRÔLE.






Le Printemps est vraiment une saison importante, et la façon dont nous allons appréhender cette transition, va déterminer notre état de santé générale pour le reste de l'année.
 

LOI D'ATTRACTION

Tout d'abord, une très belle et bonne année à toutes et à tous.
Que celle-ci vous apporte la concrétisation de vos projets, la joie et le bonheur.
Voici un petit article qui pourrait vous y aider.

En cette période de nouvelle année, chacun d'entre nous reçois de sa famille et de ses amis, des vœux de bonheur.
Mais il est une réalité: il ne suffit pas de souhaiter le bonheur pour l'obtenir. Il faut aller le "chercher".
Comment me direz-vous? En se servant d'une loi universelle, que l'on retrouve dans toutes les philosophies et dans toutes les religions depuis la nuit des temps: la loi d'attraction.

Cette loi métaphysique découle de nos pensées, de notre état d'esprit. Avez-vous remarqué que lorsque nous sommes serein, empli de calme, d'optimisme et de joie de vivre, tout semble "couler", et que, peu importe le problème qui se présente à nous, celui-ci devient dérisoire. Alors que, si au contraire, nous sommes ternes, de mauvaise humeur, grincheux, les problèmes s’enchaînent et la moindre contrariété nous fait penser que le monde entier s'est ligué contre nous.

Le simple de fait de penser peut nous sembler sans importance sur le déroulement des événements. Pourtant, certaines expressions nous démontrent le contraire: Du "Nous sommes ce que nous pensons" du bouddhisme, au " au commencement était le verbe" de la bible, en passant par "L'énergie est guidée par la pensée." de la médecine traditionnelle chinoise, tout nous montre que les pensées que nous générons, ont la capacité de produire différentes conséquences.

La loi d'attraction est basée sur le fait que les pensées sont des vibrations et que celles-ci interfèrent avec notre environnement, lui aussi fait d'énergie vibratoire ( dans l'univers tout est énergie, ondes et vibrations).
Nos pensées forment des champs d'énergie qui affectent notre taux vibratoire, et qui, selon leur fréquence, attire telle personne ou telle situation, en résonance avec ce que nous sommes au même moment.
L'énergie a besoin de la conscience pour pour se manifester. Par conséquence, nos pensées nous servent à créer notre propre réalité.
Le fait des changer nos pensées, va donc nous amener à changer nos actions, nos émotions, et donc notre réalité.

Plus facile à dire qu'à faire me direz vous.....C'est pas faux....
Mais dites vous bien que rien ne vous tombera tout cuit dans bec. Il faut un travail sur soit même, un travail dont participe le Qi Gong, les arts internes ou le Yoga...

La première étape pour commencer ce travail, est d'être reconnaissant pour ce que nous avons déjà. Il y a toujours plus démuni et plus malheureux que nous, alors commencez par faire le point de tout ce qu'il y a de positif dans votre vie (et il y en a plus que l'on ne pense).

Deuxième étape: clarifiez vos désirs. Si vous ne savez pas précisément ce que vous voulez dans la vie, vous n'aurez pas le retour attendu. Faites des formulations claires, précises et positives.

Troisième étape: visualisez vous une fois votre objectif atteint et quelles sont les émotions que cela vous procure. Vivez le intérieurement.

Quatrième étape: cultivez votre confiance en la réalisation de votre objectif. Si des pensées négatives reviennent, rectifiez-les.

Mais attention, la loi d'attraction n'est pas une formule magique qui fonctionne à tous les coups.
C'est pour cela qu'il faut fournir un travail à la hauteur de nos aspirations.
Si déjà vous arrivez à ressentir plus de positif dans votre vie, plus de joie et de bien être, alors vous êtes sur le bon chemin.
La voie du changement n'est pas un long fleuve tranquille, alors pour vous aider, et pour aller plus loin, voici quelques liens intéressants:

www.noelwan.net
www.etoile-loi-attraction.com

Livres: Vivre selon la loi d'attraction  de Valérie Richard
Petit cahier d'exercices pour pratiquer la loi d'attraction. de Slavica Bodganov.
Publié par à 18:34
 

L'HIVER ARRIVE....RESTONS AU CHAUD.

Publié le 6 décembre 2015 par Bruno SALERNO

L'automne prendra bientôt fin et l'hiver va lui succéder.

L'organe Rate ( http://artsetenergie.over-blog.com/2015/10/ne-nous-mettons-pas-la-rate-au-court-bouillon.html ) va prendre le relais pendant les 18 premiers jours pour assurer la transition, avant de laisser place aux Reins (associés à la vessie), qui correspondent à l'élément " Eau", la couleur "Noir" et l'émotion "Peur".

Les Reins sont la source de la vie, le siège de l'énergie vitale (Jing), du Jing inné, reçu de la mère et du père (appelé Ciel Antérieur). Cette énergie reçue des parents est limitée en quantité et non reconstituable. Par contre, on peut ralentir sa dégradation par l’absorption d'énergie via l'alimentation et l'air respiré (appelé Ciel Postérieur).

On peut comparer ceci à une bougie. Le corps de celle-ci serait le Jing inné et la flamme la pensée organisatrice (Shen). L'alimentation et l'air sont de la cire que l'on rajoute à la bougie pour l'entretenir. Tout l'art taoïste consiste à " ne pas brûler la chandelle par les deux bouts ", afin de prolonger la vie.

L'association du Ciel postérieur et antérieur donne le Yuan Qi (énergie originelle), elle aussi stockée dans les Reins mais qui n'entre en jeu qu'à la naissance.

Les Reins étant en relation avec les organes génitaux, une trop grande et trop fréquente déperdition de sperme chez l'homme, va entraîner une diminution préjudiciable de l'énergie vitale.

Les Reins contrôlent la distribution des liquides organiques dans le corps, et assistent les Poumons (http://artsetenergie.over-blog.com/2015/10/respirez-tout-va-bien.html) dans leur phase d'inspiration et de descente du Qi dans l'organisme, c'est à dire de permettre à l'air (O2) de se propager de partout dans le corps. Ils contrôlent aussi les os et produisent la moelle.Les Reins sont aussi en relation avec les oreilles, un bon Qi des Reins garantira donc une bonne audition.

En hiver, le ralentissement du métabolisme peut entraîner une baisse de l'énergie se traduisant par un refroidissement des extrémités, un état de fatigue général, une certaine mollesse. On peut aussi observer une fragilité de la région lombaire.

On cherchera donc à réchauffer l'organisme et les Reins en particulier. Outre l'évidence de bien se couvrir, on consommera une alimentation chaude, mais aussi qui " réchauffe" comme le gingembre par exemple ou le poivre et tous les piments, mais aussi l'ail, le poireau.... les pots au feu et bouillons (de poulet notamment) seront les biens venus (la saveur " salé" étant associé aux Reins).

Au niveau du Qi Gong, celui des Cinq Organes nous offre un exercice à faire soit en statique, soit en déplacement attentif, avec bras fixes ou mobiles.

D'une façon générale, tous les exercices stimulant la région lombaire et effectuant un massage interne des Reins, auront un effet de stimulation de ces derniers.

A bientôt.

 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3