ATEMI Mont d'Or est affilié à la FFKADA

compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_countervisites aujourd'hui82
mod_vvisit_countervisites ce mois4580

Notes de stages et portraits



Ba gua zhang


Paume des huit trigrammes.

Origine du Ba ( Pa) qua(kua) zhang chuan.

Les adeptes du Ba gua chuan reconnaissent Dong Hai Chuan (1797- 1882), comme le

fondateur du style. On pense qu’il développa ce style en unissant  des techniques de combat

avec des techniques de méditation que les moines taôistes pratiquaient en marchant en

cercle. La structure du Baqua est extrêmement complexe, car basée sur le YI King,( ou livre

des mutations.) , et sur la cosmogonie taôiste. L’interaction entre Yiking et Pa qua est d’une

extrême subtilité. Les 64 changements correspondants aux 64 hexagrammes  sont

graduellement enseignés et transmis selon des formes diverses complexes et

complémentaires.

Lire la suite...
 

Notes de stage chez Calam, février 2016.

Les 7 différents déplacements du Da Cheng chuan

selon l’école de maitre Wang Xiang Jie (maitre de M. et C. Ribert)

Ils constituent la base mobile du Jianwu, ou boxe dansée .

Il convient de les travailler séparément, puis, de petit à petit les combiner selon la pluridirectionnalité

Ils peuvent tous les sept constituer le support :

- de toutes les postures, sur un appui

-  des essais de force, ou shi li

-  des explosions de force (fa li)

- des cinq éléments, wu Xing Xuan

- des 4 liants, lian fa

- des cinq animaux, dong wu fa

- des cinq paumes du pakua du da Chang (pakua Zhang )

1- -le pas frotté continu (mucabu)

2-  le pas arrêté (sur un écart de jambe)

3-  le pas piqué  (arrêté pieds joints )

4- le pas chassé

5- le pas levé ( comme brosser le genou en zhen zong tai chi)

6-a- le pas triangulaire simple , avec maintien de la jambe arrière (santiaobu)

6-b- le pas triangulaire avec ramené dans l’axe de la jambe, avant ou arrière, selon si l’on avance ou recule

T- le pas circulaire, ou pakua bu.

Bon travail personnel, Jean-Claude Guillot

 

Notes de stage chez Calam- février 2016-Yang sheng et Da Cheng chuan

CONCENTRATION ET VIGILANCE

Pour obtenir et maintenir un mental méditatif lors du travail solitaire de la posture , que cela soit sur un ou deux appui et quelle que soit   la position des bras, il convient de créer, grâce à l’esprit (sheng) la sensation concrète de  la ligne de centre, selon le parcours de ren mai et de du mai , les méridiens porteurs des points mobiles,(vitaux)  respectivement situés devant et derrière le  buste. Ces lignes de centre, centrales ou médianes, constituent l’outil tangible qui va nous permettre de méditer debout (zhang chuan en chinois, ritsu zen en japonais).

Il convient d’aborder ce travail sur soi selon une démarche globalisant corps et esprit, soit  conforter cette sensation de centre , de ligne médiane, de méditation.

Pour cela, une nette sensation confinant le kinesthésique doit s’installer entre la porte du ciel, au sommet du   crâne, (bai hui), et le périnée (hui yin).

Nos respirations profondes voyageant (du bas  le haut puis, du haut vers le bas, avec ou sans rétentions) , à l’intérieur cette ligne de méditation constituent une aide non négligeable pour demeurer attentif et vigilant.

L’attention empêche l’esprit de s’écarter de son objet, celui que l’on fixe dans un proche lointain, ou un lointain proche, alors que la vigilance observe s’il en  dévie.

Il est alors possible de distinguer neuf étapes de travail combinant attention et vigilance :

Voici les trois premières :

1- Placement initial de l’esprit

Choisir un objet de concentration et demeurer , en le fixant , dans une continuelle non distraction, en évitant que l’esprit ne soit soumis  aux phénomènes extérieurs liés au lieu , aux personne, aux objets , aux bruits, aux odeurs où l’ on se trouve,

2- Le placement continu

Il convient de maintenir continuellement l’esprit sans céder à al distraction  Le mental doit être contenu dans le présent, ici et maintenant, de manière à pleinement vivre l’instant présent, et surtout éviter de laisser fuiter la sensation médiane dans un passé révolu ou un hypothétique futur

3- Le replacement

Aussitôt que vous vous surprenez à dévier de votre ligne  médiane, replacez votre esprit, inlassablement.

Ainsi, en  détectant toute forme de distraction et de déviance de la méditation, il va s’avérer possible de raviver notre attention , puis de rediriger l’esprit vers l’objet.

La sensation ainsi obtenue, confortée tout au long de nos entrainements, si possible quotidiens, mêmes brefs, doit être maintenue sur nos  travaux de déplacements, support de toute gamme technique inhérente à un art interne énergétique et ou Martial.

Au début, rien ne vient
Au milieu, rien ne reste

A la fin, rien ne part.

Milarepa

Bon entrainement personnel,

Jean-Claude Guillot

 

Notes de stage Cheng Ming Europe-Milan mai 2013

1- Participation

La participation à ce séminaire  est chaque année impressionnante, soit environ 70 personnes en moyenne, effectuant soit le stage complet, ou le stage partiel, mais  généralement par journées complètes. Un réel engouement existe, attesté par la participation massive de quasiment tous les élèves de Paolo MAGAGNATO,  qu’ils  soient de Milan, de Florence, de Sardaigne ou d’autres régions d’Italie.  Cet  engouement  me semble du à la fois au sérieux que déploie Paolo pour sa transmission, le rapport humain qu’il entretient avec son auditoire, la quantité et la qualité de sa communication pour de tels événements. Cet engouement me semble aussi du à l’extrême gentillesse des deux Maitres taïwanais, qui déploient pour toutes et tous, des trésors d’attention pédagogiques, qui connaissent et reconnaissent chacun ou chacune, qui ont un mot ou une attention, un sourire, une poignée de mains pour tous pour chacun de celles et de ceux qui viennent à eux. Il est enfin, incontestablement sous tendu par le véritable trésor que représente  la transmission des disciplines de l’école Cheng Ming.  La  délégation suisse a envoyé quelques personnes ; les français, en progrès cette année, sont au nombre de sept, avec Jennifer, Patrick Abiven, Cecile et Christine, Olivier, seul enseignant,  Frédéric du groupe de ST Genis, et le signataire. Notre groupe est fort bien accueilli, chacun d’entre nous étant gracieusement  hébergé chez l’un ou l’autre élève italien. Cette année, un pont bienvenu séparant un jeudi du week end du stage, je suis parti en avance sur les autres, afin de profiter de quatre jours de cours et de stage. J’en ai retenu les enseignements suivants :

2- Thèmes abordés.

Lire la suite...
 

Notes et réflexions post –stage,  sous la direction de Maitre Guo Gui Zhi, de Datong (RPC) -                                                        Da Cheng chuan. (Yi chuan)

Stage organisé par le judo club Croix Roussien, à Lyon 4e, les 19 et 20 octobre 2013

Ces notes ont destinées, en premier lieu  aux élèves de l’association Atemi Mont d’Or.

1 Participation.

Une trentaine de personnes  en moyenne, ont honoré ce stage, réparties entre le samedi après midi, et les deux demi-journées du dimanche, à raison de deux d’entrainements de deux heures pour chaque session, lesquelles étaient espacées afin de permettre au Maitre de se reposer. A noter la participation de Laurent Rey, enseignant marseillais officiant avec aisance et compétence, autant en tant qu’adepte, qu’assistant traducteur, celle d’Emmanuel Agletiner, expert parisien, élève des Maitres Li Jian Yu et Wang Sheng Wen,  accompagné d’une de ses élèves rencontrée chez Calam, celle de Christophe Kziakiewicz, instructeur régional d’Aunkai, et d’Oliver Debiais, enseignant au dojo Atemi. De nombreux élèves de Joel Issartial, expert du sud de la région lyonnaise et d’Arthur Fakrikian et Marc Lavaud, du dojo Croix- Roussien, accompagnaient t leur prof ; de nombreux autres profs de disciplines variées honorent le stage de leur présence, le tout formant, sur le tapis trop mou pour cette pratique d’encrage, un auditoire attentif,  respectueux et enthousiaste.

2- Le déroulement de la méthode.

Lors de ce stage, Maitre Guo  a été très clair, quant à l’origine de Son Da Cheng chuan, à propos duquel il nous  a explicitement fait savoir qu’il l’avait concocté, au fil du temps, lors de  ses rencontres, de ses  collaborations et synthèses d’avec divers maitres, associé à une longue pratique. C’est ainsi que pendant les années 1950, au contact du fondateur de la méthode, Maitre Wang Xiang Zai, il nous avoue avoir rencontré des difficultés au vu du peu d’explications dispensées par le Maitre, notamment sue le principe des huit directions, Wang Xiang Zai ne présentant, la plupart du temps, qu’une force globale non différenciée  à ses élèves. Puis, en 1963, sa rencontre avec Maitre Yao lui fut déterminante, dans la mesure où il intégra un certaine nombre de principes , confortés avec un troisième maitre ( Wan Lai Shang ? ) rencontré en début des années 1980, Maitre ne faisant pourtant pas partie du mouvement Da Cheng Chuan , car  émanant d’un autre art martial ; mais les principes recherchés par Maitre Guo se sont ainsi dégagés, affirmés, sous tendus si je l’ai bien compris, par son constant travail avec le docteur Yu Yong Nian, qui fut son professeur . Cette synthèse a fait bien entendu, tout au long de sa longue vie,  l’objet d’un énorme investissement opiniâtre, sans faille, sans rater un seul jour,  dont s’est dégagée une méthode par étape , débouchant sur un cheminement clair, maintenant fixe et pérenne, et bien sur intéressant,  car pouvant être assimilé autant par  le débutant, que par  l’adepte et surtout l’enseignant, car adaptable aux travaux et à l’enseignement de n’importe quel courant De Da Cheng Chuan, celui de maitre Wang Chang Wen…par exemple…. ! C’est dans cette mesure que ce type de stage s’avère intéressant ; comme le pense Manu Agletiner, il convient d’accepter de passer sur son ego, et de ne considérer une telle transmission que sous l’angle fertile des éléments techniques et pédagogiques  adaptables à la façon de faire de chacun.

Lire la suite...
 

Notes de stage –Calam été 2013-

Stage intensif de Da Cheng Chuan.

1- Participants.

Ce stage, du 20 au 25 juillet 2013, est dirigé par Michèle et Christian Ribert, fondateurs et enseignant au Centre Calam , en Auvergne, élèves directs  de Feu Maitre Wang Xuan jie, lui même élève direct et disciple du fondateur du Da Cheng chuan, maitre Wang Xiang Zai.

Ce stage rassemble une quinzaine de participants, ayant déjà eu à plusieurs reprise l’occasion de  se retrouver, à Calam, en Chine ou ailleurs, et de pratiquer ensemble. Tous sont des adeptes, de plus ou moins longue date des arts énergétiques ou martiaux très divers, soit du Da Cheng en tant que tel,  du qi qong à l’aïkido, en passant par le tai chi, le Xing yi, le Bagua, la lutte, le Pancrace, le Sambo ou le Karate . Tous sont venus, voire revenus dans l’objectif commun d’instiller davantage de profondeur à leur pratique, grâce au travail de soutènement que porte en lui le Da Cheng chuan. Le fait que la majorité des participants se connaissent, et s’apprécient bien, favorisera, d’emblée, l’installation d’une atmosphère constructive et positive à ce stage. J’y suis accompagné par deux de mes élèves, Valerie Piccardi, enseignante en qi qong et tai chi  à Atemi, et Arthur Millier, 19 ans, 13 ans de présence au club.

Lire la suite...
 

Notes de stage avec Paolo MAGAGNATO-6 et 7 avril 2013.

1-Participants.

2 -Déroulement du stage.

3-Déroulement  thématique.

A- Qi  gong.

B  - Tai chi chuan.

C- Pakua chuan.

4-Acquis .

5-Réflexions personnelles.

1-Participants et bilan.

 

Les adhérents d’Atemi ont largement répondu présent par leur participation à ce stage, selon une quarantaine d’inscriptions, Une personne sur deux environ  a choisi de participer, à raison en très grande majorité, d’une demi journée par personne, sur les quatre proposées. La participation des enseignants  à, par contre été nettement insuffisante, puisque sur les sept enseignants qui auraient en principe eu tout intérêt à suivre l’entièreté de ce type de séminaire, seulement 11 demie journée sur 28 possibles ont été suivies. L’assistance d’une demi journée à l’autre, a considérablement varié, outre trois personnes seulement ayant adhéré à l’entièreté du séminaire

Les inscrits se sont en très grande majorité déclarés enthousiasmés par ce stage, qu’il nous a  finalement été possible d’équilibrer financièrement et organisationnellement,  malgré , comme chaque fois, quelques désistements discourtois de dernière minute,  malgré le cout plus élevé que les fois précédentes des billets d’avion. Il est vrai que le nombre restreint d’italiens a cette fois  ci  facilité le volet hébergement et transport. L’hébergement  donc pu s’effectuer sans sollicitations  extérieures, chez le signataire. Les comptes relatifs à ce stage sont à la disposition de nos adhérents.

2- Organisation du stage   .

Initialement prévu dans la salle polyvalente, le stage a finalement eu lieu  le samedi à l’école primaire de St Germain, puis, le dimanche, nous avons du émigrer dans la salle plancher de la Mjc de Neuville, en raison du vide grenier organisé, le même jour, par la mairie de St Germain autour de l’école.

Lors de chacun des quatre entrainements, il nous a été possible de diviser les stagiaires en deux groupes, l’un plus avancé sous la direction de Paolo, l’autre, moins avancé, mais non moins sérieux et motivé, sous  celle de Sergio.

Des programmes thématiques ont ét collégialement concocté entre la direction technique d’Atemi et les deux intervenants, prenant de par et d’autre, els recommandations des  uns et des autres.

Lire la suite...
 

Notes de stage sous la direction de Paolo MAGAGNATO, les 24 et 25 novembre 2012-

à ST Germain au Mont d’or

1-Participation.

2 –Thème du stage

3- Notes relatives aux exercices de Qi dong yang sheng

4- Notes et aide mémoire relatifs au Tai chi chuan des synthèses authentiques

5-Notes relatives au Xing yi chuan.

6-Notes relatives au Ba gua chuan

7- Réflexions personnelles.

8- Perspectives et collaboration.

 

1-Participants.

Ce stage, soigneusement préparé, annoncé longtemps à l’avance à nos adhérents,  s’est déroulé dans la salle de danse de l’école maternelle de St Germain au Mont d’or, village « berceau » d’Atemi. Un cinquantaine de participants unanimement enthousiastes ont honoré de leur  présence la venue de notre expert italien, se répartissant selon leur disponibilité, gré ou affinité, sur les quatre différentes sessions de trois heures proposées le samedi  24 et le dimanche 25 novembre 2012. Les sept enseignants d’Atemi ont très largement participé à ce stage, ainsi qu’un grand nombre d’élèves de deuxième, troisième, quatrième année et plus, issus d’Atemi, mais aussi des sections de la MJc de Neuville. Paolo, lui, est venu avec son épouse Marcia, ses assistants Sergio et Simona, et trois élèves, Angela, Martha et Veena, deux de mes compagnes de voyage à Taiwan cet été.

Les cours réguliers du samedi matin propres à Atemi ont été assurés  malgré cet événement, dans notre petite salle, par les deux assistants de Paolo, Sergio et son épouse Simona, à 9h 30 pour les débutants, et à 11h pour les secondes années. Certains  de mes   élèves ayant choisi de ne pas participer à une des sessions de ce stage ont ainsi  tout de même pu travailler sous la direction de nos amis italiens, et faire ainsi connaissance avec l’école Cheng Ming, dont nous nous inspirons. Pendant ce temps là, Paolo Magagnato dirigeait, salle de danse, les sept enseignants plus ceux des élèves  dont cinq jeunes formés au club, ayant choisi cette session, pour un travail sur le thème du Xing yi chuan.

Je tiens à souligner, en matière de participation, l’aide précieuse apportée par trois de mes proches élèves, qui ont bien voulu contribuer à l’organisation en accueillant chez eux une des participantes italiennes, ce qui m’a permis de ne pas « stocker », comme lors des stages  précédents  tout ce petit monde chez moi.   Il convient également de souligner la gentillesse et la disponibilité de ceux qui ont  bien voulu tourner le film de Bagua mettant en scène Paolo, en fin de stage,  mettant à disposition  leur matériel.  Je remercie également ceux qui ont bien voulu raccompagner les italiens à l’aéroport  le dimanche,  ainsi que tous ceux ayant contribué au nettoyage de la salle, et rangement du matériel ludique et scolaire, qu’il semble d’ailleurs que nous n’avons pas  repositionné correctement.

Si ce stage a été un franc  succès, nous pouvons toutefois regretter deux choses : Tout d’abord, seuls quelques débutants se sont sentis concernés par cet événement, que nous avions pourtant présenté comme un des temps fort de la saison. IL est important que les débutants prennent conscience du fait que notre pratique ,basée  sur les difficiles principes du travail  interne, nécessite une constance et un présence minimum, accessible de par l’organisation de notre association, qui offre forfaitairement autant de cours  de toutes les disciplines que chacun le souhaite ce afin d’avoir le moins d’excuses possibles pour ne pas rattraper  , en cas d’absence au cours hebdomadaire . Un seul cours par semaine constitue un « minimum syndical », qui permet de progresser, certes, mais si lentement qu’il est bien  possible que la lassitude, gangrène de toute activité, ne s’installe  avant d’en ressentir les  effets recherchés. De plus, Atemi offre, lors de ces sessions d’experts, la possibilité, pour une somme dérisoire (35 €)  de repousser  l’horizon conféré par le niveau des enseignants, lequel fait office de référence .Il est donc regrettable  que cet événement ait été carrément occulté par beaucoup, n’ayant pas même répondu aux annonces. Une association  nécessite un minimum d’échanges « sociaux », de dialogue, de communication, ce que nous nous efforçons d’entretenir : nous souhaitons toutefois que cette communication tourne dans les deux sens, et que nos adhérents ne viennent  pas égoïstement à leur petite séance  sans chercher à connaitre les autres, leur vécu , à partager des sensations, des expériences ou des parcours  .Un tel événement me semble donc être l’affaire de tous,  ne serait  ce qu’avec un petit mot de réponse,  même pour ceux ce jour là accaparés par de respectable priorités personnelles  .

Ensuite, nous constatons qu’aucune participation extérieure n’a cette fois ci été enregistrée, malgré mes efforts avec  les annonces sur notre site, des entrefilets dans le Progrès, et une inscription sur un site spécialisé en annonces de stages d’arts martiaux, « Masterfight » IL me semble évident  que les adeptes du tai chi demeurent au sein de leur chapelle, ce que je peux parfaitement admettre, n’ayant moi-même plus aucune  envie d’aller me fourvoyer à enregistrer une autre forme d’école que celle que j’essaie d’améliorer depuis 1986. Je suppose que la crise a arrêté les personnes extérieures, comme certains  débutants, sans doute. Je demeure toutefois intéressé pour avoir l’opinion de mes anciens, relatives à des pistes d’ouverture sur l’extérieur.

2 -Thème du stage. Comme lors des précédentes manifestations, ce stage a pour thème la découverte, l’apprentissage, et pour certains, le perfectionnement des forme des trois arts martiaux internes traditionnels chinois, soit le tai chi chuan, le xing yi chuan, et le bagua chuan ; ces trois disciplines sont constituées de formes divers (enchainement, kata, taolu ), sous tendu par le travail du nei gong (qiqong interne). Il est décidé avec Paolo, lors de stage, que la cinquième section du tai chi serait abordée pour les anciens,  ainsi que les cinq éléments du Xing yi, et  pour tous, l’exercice introductif du bagua, ou Ba mu Zhang , ainsi que la première partie du tai chi pour les moins anciens .

Lire la suite...
 

Notes de stages, et carnets de voyage à Taiwan, été 2012


Jean Claude GUILLOT a passé cet été 10 jours en stage avec Maître Wang Fu Lai et Maîtresse Wang Shu Shun,
il en a fait un compte rendu.
Ceux d'entre vous qui souhaitent en prendre connaissance sont invités à en faire la demande: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou 04 78 91 45 50

 

Notes de stage de Da Cheng chuan à Calam. Par Jean Claude Guillot, 6 au 21 juillet 2012.



1- Participants et localisation du stage.

2- Thème et objectif de ce stage.

3- Déroulement du stage.

4- Notes relatives aux exercices abordés.

5- Réflexions personnelles relatives à ce stage.

1-Les participants, et la localisation du stage.

a-participants

Michèle et Christian Ribert, en tant qu’enseignants sur place.

Matthieu Le Moal, professeur diplômé d’état d’arts martiaux, élève avancé.

Jean claude Richard, doyen, enseignant en qi gong, adepte solitaire avancé.

Aurelien Garcia, adepte solitaire avancé.

Lionel ZIngaretti,  enseignant en qiqong, adepte solitaire avancé.

Franck Bouthegourd, professeur d’Aïkido, élève avancé.

Marie Claire, professeur de yoga.

Noelle Renaud, élève d’Atemi Mont d’or.

Yves Montezin, adepte solitaire, moniteur de sport.

Jean claude Guillot, enseignant en arts martiaux chinois,

Cinq autres élèves, dont je regrette de ne pas avoir noté les coordonnées.

Nos guides Ribert ont cette fois ci choisi de rassembler non plus le groupe d’anciens habituels, mais un ensemble de passionnés de niveaux divers, tous adaptes d’une discipline énergétique ou martiale, issus des quatre coins de France.

b Localisation du stage -

Le stage, ou plutôt les stages, puisque celui-ci fut précédé par une session de qi qong yang sheng avec de nombreux participants communs aux deux sessions, se déroule non plus en notre si cher centre Calam, mais dans un centre voisin, le Centre du Croizet, spécialisé dans l’accueil de sessions de ce type, davantage orienté vers les groupes de méditation Zen. Nous voici donc dans un endroit totalement isolé, encore plus que ne l’est Calam, endroit que bon nombre d’entre nous, dont moi, éprouverons une certaine peine, pour ne pas dire une peine certaine à trouver. L’endroit est solennel, perdu dans la campagne, en plein milieu de nulle part, entre deux villages de l’Auvergne profonde, si calmes, semble t-il si déserts  que seuls des chats errants croisés dans leurs rues auraient pu me renseigner sur ce fameux centre,  dont ils n’avaient manifestement jamais « croisé » la route !!   Nous voici installés dans une immense bâtisse rurale en pierre de taille, divisée en réfectoire, en chambres dans une aile particulière, collectives ou individuelles dans une autre ,  un immense dojo en étage d’au moins deux cent mètres carrés,  superbement aménagé pour la méditation,   offrant quelque soit l’activité concernée,  un espace beaucoup plus confortable que le pourtant mythique mais minuscule dojo de Calam . Le confort y est spartiate, mais somme toute suffisant et satisfaisant …mais  je regrette un peu la chaleur et la convivialité de la demeure de Michèle et Christian, lieu  investi semble t-il par des adeptes permanents de la  méditation avec qui ils font retraite de longue durée. Les repas sont tour à tour préparés ;par Michèle , puis  Christian… le jour de l’une semble béni par les participants, les bonnes volontés cuisinières spontanées se multipliant le jour ou Christian tente d’officier ;  un tour de corvée est planifiée dès le début du stage pour le ménage, la vaisselle , mais aussi pour l’entretien des toilettes, qui ont ceci de particulier que ceux situés dans un bâtiment ne doivent recevoir aucun papier, même estampillé, que ceux situé dans  l’aile des chambres individuelles, glaciaux , sont  conçus pour fonctionner avec la sciure écologique de bois ….Les candidats pour l’entretien ne  se bousculent pas ,  cette corvée ne semblant entrer ni dans les papiers des uns, ni dans  le futur du recyclage des autres , ni surtout trôner au zénith de leurs préférence  !! Un immense champ s’ouvre devant la bâtisse, offrant de multiples endroits pour s’isoler, lire, méditer ou téléphoner, pour les  indécrottables addictifs  à l’électronique.  J’ai personnellement regretté l’ambiance feutrée et intime du Centre Calam, la proximité et la communion conférée  par un groupe restreint d’habitués.  Nos guides sont toujours tels qu’on les aime ; mais j’ai  toutefois eu la sensation de  partager ces journées avec deux joyaux regrettablement extraits de leur écrin qui leur est consubstantiel …la chaleur humaine rendue plus proche grâce à un espace plus restreint , tant autour de la table et la petite cuisine , que dans le dojo, le sourire rayonnant et communicatif de Michèle toute à ses élèves inondant  les moindres recoins de cet endroit unique, les  propos « humoristicaustiques « de Christian tentant  d’édulcorer son immense rigueur de fond   se perdent un peu dans l’immensité surprise du lieu de pratique..Leur absence le matin lors de la séance de méditation debout génèrent un manque dans la motivation de certains …Manies d’assisté ? Résistance au changement ?... incapacité d’évolution avec les contingences du fil du temps qui passe, mais ne ravaude pas  forcément les plaies et l’usure de l’habitude, ou  la notion de prise en charge?

3-Déroulement du stage

Pratique chaque matin de 6 à 7 heures de la posture sur deux appuis.

Pratique de 9 à 11 heures ou 11 heures trente, de techniques martiales diverses, précédées  par 30 minutes, au moins de posture sur un appui

Pratique de 15 heures à 17 h 30, identique à celle du matin

Pratique, de 18 à 19 heures, pour ceux qui le désirent,  de la méditation assise, dans une autre salle en étage, spécialement réservée à cet effet.

Les plages de temps intermédiaires sont réservées aux travaux d’intérêt collectif, au repos individuel, à la lecture, aux notes, ou aux échanges entre stagiaires, ou avec nos guides.

4-Notes relatives aux techniques abordées

Lire la suite...
 

Les notes de stage avec Me Wang fu lai , de l'école Cheng Ming , mai 2012, Milan‏
sont à dispostion sur demande : 04.78.91.45.50 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 
<< Début < Préc 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 1 de 4